Place des enfants dans la famille

 

 

I) Avoir des enfants aujourd'hui.

Avoir un enfant est aujourd'hui un acte maîtrisé et contrôlé. De nos jours les femmes possèdent de nombreux moyens de prévoir, éviter et surveiller leurs grossesses. Ces évolutiuon sont les résultats de la science qui a beaucoup évoluée et des lois qui ont encadrées ces avancés. Toutes ces évolution sont a l'origine de nombreux changement dans les moeurs et dans les familles: les femmes sont de plus en plus indépendantes et désirent avoir moins d'enfants et plus tard.

La contraception s’est généralisée au milieu du XIXème siècle et surtout au XXème siècle ce qui a rendu les enfants plus « rares », donc plus chers, et maintenant sont plus individualisés. Les méthodes de contraception sont nombreuses et efficaces :

-la pilule (mis au point en 1955 aux Etats-Unis)

-le stérilet

-le préservatif masculin et féminin

-la pilule du lendemain (qui est une contraception d’urgence)

-l’IVG

Ces méthodes ont bien sûr suivis des lois visant à la libération de la femme et à contrôler les naissances en France :

                        -décembre 1967, loi NEUWIRTH, autorise la contraception et supprime des dispositions législatives antérieures (1920) qui l'interdisaient.

                        - janvier 1975, dite loi VEIL (loi qui a autorisé l'IVG (interruption volontaire de grossesse) en France et fixé les grands principes régissant sa pratique : l'IVG est décidée par la femme enceinte concernée lorsqu'elle estime que sa grossesse la place dans une situation de détresse. L’intervention est réalisée par un médecin.

-décembre 2000, la contraception d’urgence n’est plus soumise à une prescription des médicaments susceptible de présenter un danger pour la santé.

          Les méthodes pour maîtriser la fécondation des femmes sont également nombreuses:

-la fécondation in vitro

-Fivete

-adoption…

L’adoption est également un moyen d’avoir un enfant. Il existe plusieurs formes d’adoption. Dans le cas d’une adoption plénière, l'enfant adopté perd tout lien avec sa famille d'origine et a le même statut qu'un enfant légitime. De fait, l'adoption plénière est irrévocable et définitive. L’adoption simple, au contraire, ne rompt pas les liens de l’adopté avec sa famille d’origine. L’adoption est donc un bon moyen d’avoir des enfants aujourd’hui, mais c’est aussi une démarche très lourde a réaliser puisqu’elle est soumise à des enquêtes, et que tout le monde ne peut pas avoir ce recours (l’adoption est notamment interdite pour les couples homosexuels.)

            Les autres moyens d’avoir des enfants tels que la fécondation in vitro sont souvent les recours utilisés par des couples ayant des difficultés a avoir des enfants ou des femmes seules désirant être mères. 

            Malgré ces nombreux moyens d’avoir des enfants autorisés en France, ils sont très contrôlés, et certains demeurent interdits (le recours aux mères porteuses est par exemple illégal).

 
 
 

        II)Les enfants au XIXème siècle :

 

Au moyen âge, l’enfant faisait partie d’une famille avec un père, une mère et une fratrie de frères et soeurs qui elle-même faisait partie d’une famille élargie dirigée par des traditions et des valeurs spécifiques donnant un ensemble de codes comportementaux dictant quoi faire pour chacune des situations de la vie. L’enfants n’est pas vraiment reconnu comme tel puisqu’il n’est que rarement désiré.  A cette période, c’est le père qui détiens l’autorité, et qui décide de tout ce qui concerne les enfants : les jeunes filles étaient mariés tôt a un « bon partit » choisi par le père.

Au XIXème siècle, les enfants travaillent et ne vont pas à l’école. Les usines étant de plus en plus mécanisées, de nombreux postes de travail sont occupés par de la main d'œuvres non qualifiée. Dès l’âge de 8 ou 9 ans, les enfants sont employés à ces travaux qu’aucune machine ne peut exécuter à cette époque. Ils font souvent partis d’équipes d’adultes et ne sont pas mieux traités. Les patrons encouragent le travail des enfants. Leur habilité et leur petite taille sont bien utiles pour certaines tâches. Et surtout, un adulte effectuant un travail similaire doit être payé trois à quatre fois plus. Bien souvent, comme leurs salaires ne sont pas suffisant pour vivre, les parents eux-mêmes font travailler leurs enfants dans la même usine qu'eux. Jusqu’en 1880, les enfants étaient aussi embauchés dans les mines, puisque leur petite taille et leurs souplesse leurs permettaient d’atteindre des galeries inaccessible pour les adultes. Le travail des enfants dans ces mines était pénible : ils poussaient des wagonnets remplis de charbon, au risque de se faire écraser quand, à bout de force, ils ne pouvaient plus retenir la lourde charge, ils subissaient les mêmes risques que les adultes et vivaient dans des conditions effroyables, parfois dès l'âge de six ans. C'est ainsi qu'à Béthune, en 1861, lors d'un accident dans la mine, sur dix-huit morts, on compta sept enfants dont certains avaient juste neuf ans.

Puis historiquement, nous sommes passés à la famille dite moderne nommée également nucléaire. Durant cette période, certaines valeurs ancestrales s’effritent, tout est remis en question, les lois changent, et la place des enfants aussi.  Le vrai tournant se situe dans les années 1760. C’est une véritable campagne qui s’instaure autour de l’enfant, plus spécialement en bas age.  A la fin de l’ancien régime, on veut limiter le nombre d’enfant à naître dans la mesure même ou l’on porte un regard nouveau sur eux, ou la famille commence à s’organiser autour d’eux, ou le soucis de l’Education est primordial. Mais les grandes étapes de la vie enfantine ou la répartition des rôles entre le père et la mère ne sont nullement remises en cause. En 1887, Jules Ferry rend l’école gratuite, laïque, et surtout obligatoire de 6 à 13 ans, et le non respect de cette lois peut être passible de peine de prison pour les parents. Parallèlement a cette loi, quelques années plus tôt (en 1841) , le travail des enfants est interdit au moins de 12 ans et il est limité a 8 heures par jours.

 

        III) Naissance de « l’enfant roi » :

           

Les enfants sont devenus rares et célébrés, dans les pays occidentaux, depuis que le recul de la mortalité, en deux siècles et demi, a fait qu'on a cessé de "les produire en masse".

 Aujourd'hui, on a largement éradiqué la mortalité infantile et maternelle. Entre le milieu du XVIIIe siècle et 1995, la mortalité maternelle a été divisée par 96 et la mortalité infantile par 59! Selon les derniers chiffres, on recense en France 9,1 décès liés à la grossesse ou à l'accouchement pour 100 000 mères, et 4,3 décès pour 1 000 enfants nés vivants. Le risque de mort est désormais concentré dans le grand âge. Sa disparition du décor de l'enfance, récente donc au regard de l'Histoire, a totalement bouleversé les relations familiales et la formation de la psychologie individuelle.

Aujourd’hui, les enfants et adolescents ne se contentent plus de recevoir de l'argent de poche ou de choisir eux-mêmes leurs vêtements. Ils sont aussi prescripteurs des achats familiaux et donnent ou imposent leur avis sur les vacances, l'équipement de la maison ou la voiture. 57% des parents européens interrogés affirment que leurs enfants participent au choix de la destination de voyage, 24% au choix de l'automobile. Une influence qui grandit avec l'âge et qui est beaucoup plus marquée chez les familles monoparentales et aisées. Mais 35% seulement des mères françaises consultées, pensent que les enfants ont trop d'influence dans les décisions du foyer.
            Le poids des 11-25 ans dans la consommation des familles s'élèverait à 160 milliards d'euros. Cette crise de l'autorité est alimentée par la publicité, qui pratique l'inversion des rôles. Un des plus beaux exemples pour illustrer cette nouvelle façon de consommer est la publicité : en effet, combien de spot télévisés font intervenir des enfants capricieux.

On constate donc que depuis ces 30 denières années (à partir du baby boom), les enfants se font de plus en plus présent dans les familles, bien que moins nombreux, et que l'enfant peut obtenir ce qu'il veut de ses parents sans conditions; De plus l'enfant est de plus en plus choyé par ses parents: c'est la naissance de "l'enfant roi".

35 votes. Moyenne 3.09 sur 5.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site