Monoparentales, recomposées... Aujourd'hui les modèles familiaux sont nombreux...

 

De nos jours, il n'y a plus un seul modèle familiale, mais plusieurs. Au-delà de la famille dite traditionnelle ou nucléaire (qui était le modèle de référence d'autrefois), existent, par exemple, la famille décomposée, la famille recomposée, la famille monoparentale, les couples unis par le PACS, l'union libre (ou cohabitation), la famille polygame, la famille homosexuelle,  la famille d'adoption, la famille d'accueil... Les appellations apparaissent à mesure que de nouvelles structures familiales surgissent. Voici quelques modèles familiaux que nous avons étudiés :

I)Les familles nucléaires.

           Les familles nucléaires sont les familles dites traditionnelles ; elles sont composées des parents –mariés- élevant leurs enfants sous le même toit. C’est une famille qui n’est ni monoparentales, ni recomposée. La famille nucléaire a longtemps été LE modèle familial traditionnel et il est encore le plus répandu en France et en Europe.

 

II) Les familles monoparentales.

 

En France, une famille sur cinq est une famille monoparentale. Les chiffres sont spectaculaires et en disent long sur l'évolution du couple. Les familles monoparentales représentent aujourd'hui près de 20 % des ménages avec enfant de moins de 25 ans, selon une étude du Centre d'études de l'emploi (CEE). Soit environ 1 famille sur 5. En un peu moins de 40 ans, le nombre de familles monoparentales a plus que doublé. Lors du recensement de 1999, elles étaient 1,5 million (16,7 % des ménages avec enfant) contre 680 000 en 1962. Le début des années 1980 a marqué une accélération du phénomène, avec une proportion de 10,2 % des ménages avec enfant de moins de 25 ans en 1982.

On compte aujourd'hui 2,4 millions de ces enfants, élevés par 1 seul parent. Ils sont de plus en plus nombreux, même si ces cellules ne comptent en règle générale que 1 seul enfant, souvent âgé de plus de 3 ans.

En effet, la séparation des parents est désormais à l'origine des 3/4 des familles monoparentales. Un changement radical par rapport à 1962, où les veufs et veuves représentaient 55 % de ces familles. Un pourcentage qui s'est réduit à 7,5 % en 2004. Avec moins de veufs et plus de divorcés, le visage de la famille monoparentale a changé. Seules 14 % des familles monoparentales ont aujourd'hui un père à leur tête. Le nombre de pères qui élèvent seul leur enfant reste limité en France. Veufs ou séparés, ces derniers sont prompts à se remettre en couple.
            La majorité des familles monoparentales ont donc pour chef des mères, qui se voient confier les enfants dans 85 % des cas de divorce. Et quand la « monoparentalité » survient dès la naissance, ce sont les mères qui s'occupent de l'enfant. Ce sont en majorité des femmes âgées de plus de 35 ans. Des mères célibataires pour beaucoup, à la tête de 40 % des familles monoparentales en 2004, contre 9 % en 1968. Moins souvent des mères adolescentes, étant donné la baisse des maternités précoces en France. Le nombre de mères mineures est en effet passé de plus de 10.000 en 1980 à environ 4.000 à la fin des années 1990.

 III)Les familles recomposées :

 

Une famille recomposée est une famille composée d’une famille monoparentale divorcée et remariée avec une autre famille monoparentale : ainsi ces familles sont composée de parents, beaux parents, frères, sœurs, demi frères, demi sœurs et on en passe.

En 2006 en France, près de 1,2 million de jeunes de moins de 18 ans, soit près de 9% de cette tranche d'âge, vivaient dans quelque 600.000 familles recomposées.

Selon l'Institut national de la statistique, sur les 3,3 millions d'enfants ne vivant plus avec leurs deux parents, dans la plupart des cas à la suite d'une séparation des parents, la plupart vivent avec un seul parent qui n'a pas de nouveau conjoint : 2,2 millions d'enfants vivent ainsi au sein d'une famille monoparentale, dont 1,9 million vivent avec leur mère et 300.000 avec leur père. Mais quand le parent se remet en couple, l'enfant peut habiter avec le nouveau compagnon, qui devient alors son beau-parent. En 2006, 780.000 enfants vivaient ainsi avec un parent et un beau-parent. Au total, 1,16 million d'enfants (en ajoutant les 380.000 enfants issus des couples recomposés) vivaient au sein d'une famille recomposée, soit 8,8% des mineurs.

En 2006, année de l'étude, la France comptait 580.000 familles recomposées, soit 7,7% des familles avec au moins un enfant mineur.

Les Français divorcent de plus en plus, et après de moins en moins d'années de mariage. Mais, « les familles recomposées n'augmentent pas de manière aussi forte et régulière que les ruptures d'unions et les familles monoparentales » dans l'Hexagone, constate l'INSEE dans une étude publiée récement.

        IV)Les familles homoparentales :

 

            Plusieurs d'entre nous connaissons différents types de familles. Les plus connus sont probablement la famille nucléaire, recomposée ou monoparentale, mais depuis quelque temps, nous entendons parler de la famille homoparentale.

L'homoparentalité désigne le lien de droit ou de fait qui lie un ou des enfants à un couple homosexuel. On parle de famille homoparentale lorsqu’un enfant vit avec deux parents de même sexe. Généralement, il est né d’une relation hétérosexuelle antérieure de l’un des conjoints. Mais il peut aussi avoir été conçu par insémination artificielle ou adopté (bien qu’en France, l’adoption est interdite aux couples homosexuels mais elle est en revanche autorisée pour les célibataires (aujourd'hui seuls 13 pays sur 226 accordent le droit d'adopter aux couples homosexuels).

Aujourd’hui, on estime que 30 000 à 50 000 enfants sont élevés dans une famille homoparentale.

L’homoparentalité partage avec la parentalité hétérosexuelle les notions de couple et de procréation. Comme dans la famille recomposée, elle connait la coexistence des parents biologiques et des parents sociaux, qui n’ont pas conçu l’enfant mais tiennent le rôle de parents.

L'homoparentalité soulève de nombreuses questions, notamment dues au regard que porte la société : la transparence sur les origines biologiques de l'enfant, la coexistence de parents biologiques et de parents sociaux et la place de ces derniers. La plupart de ces questions sont celles qui traversent également d'autres formes familiales telles que la famille adoptive, famille monoparentales, famille recomposées.

En France, les couples homosexuels n’ont pas le droit au mariage. Mais depuis 1999 et la création du PACS, un couple de personne (même de même sexe) peut se pacser ; ce n’est pas exactement comme un mariage, mais c’est tout de même un contrat qui lie les deux personnes.

333 votes. Moyenne 3.26 sur 5.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×